Nouvelle affiche: les Cyclades | Hello Clermont!

L’été s’achève à peine mais il est encore temps de décorer sa maison aux couleurs grecques! Dans la série de posters Alone in Nature par le designer Mickaël Merley, il est temps de partir au large des plus belles des îles grecques…

En route pour la mer Egée

Au milieu de l’archipel des Cyclades, l’île de Santorin est sans doute la plus connue. Sa forme caractéristique vient d’une éruption volcanique, où un volcan explosa pendant l’Antiquité, il y a près de 4500 ans! Pour être plus précis, on devrait parler d’archipel de Santorin, car oui, Santorin est bien composé de cinq îles: Santorin, Thirassia, Paléa Kameni, Nea Kameni et Aspronissi.

L’ensemble des îles des Cyclades est connu depuis l’Antiquité et même avant: les premières traces d’occupation humaine remontent au Néolithique! Toutes ces îles ont forgé l’imaginaire des premiers grecs… Ulysse peut-être serait passé par là?

Ce qui est sûr c’est que ces îles ont servi au commerce mais aussi à la pêche. Depuis des siècles les hommes ont bâti ces petits villages aux maisons resserrées sur les flancs de l’ancien volcan pour pouvoir profiter des ressources de la mer en abondance.

Ces villages de pêcheurs, aux doux noms de Fira ou Oia sont à présent extrêmement prisés des touristes du monde entier. Difficile de retrouver la sérénité des lieux au temps des réseaux sociaux! Mais hors saison, ces paysages se laissent toujours découvrir avec cette tranquillité intemporelle. Petite suggestion d’écoute: le podcast “Un été avec Homère” par Sylvain Tesson, diffusé sur France Inter, se laisse écouter à tout moment.

Maintenant, on ferme les yeux et on laisse ses pensées dériver sur les flots de l’antique mer Egée…

Des îles prisées des touristes

Les Cyclades sont prises d’assaut chaque année. Des centaines de milliers de visiteurs débarquent chaque année. L’île de Santorin est la plus prisée; des dizaines de ferries la relient aux autres îles ou à Athènes.

Les photographies les plus connues sont celles du village d’Oia. C’est celui que la plupart des visiteurs parcourent en sortant du ferry.

Petit tour malgré tout des trésors un peu cachés des îles des Cyclades:

Emporio: une cité médiévale aux jolis moulins restaurés. Au centre des terres, elle est un peu à l’écart des principaux parcours touristiques;

Megalochori : une pépité épargnée par le tourisme de masse. Il accueille plusieurs vignerons et est réputé pour ses vins. C’est un des plus beaux villages à voir à Santorin!

Vothonas: pour ses moulins, ses églises orthodoxes et ses maisons troglodytes qui se fondent dans le paysage!

Un patrimoine en danger?

Il ne faut pas oublier que ces îles paradisiaques sont des joyaux en danger… On pense bien sûr aux risques sismiques, fréquents en mer Egée, ou bien à l’érosion. Mais récemment ce sont les risques dus à la surfréquentation touristique qui remplissent les esprits.

Voyages low-cost, développement du tourisme de court-séjours, davantage de tourisme international, et bien sûr, la fascination qu’exercent les belles images postées sur les réseaux sociaux… Résultat: ces villages de pêcheurs se retrouvent parfois dégradés par des visiteurs indélicats. L’afflux de monde est difficile à gérer pour les autorités locales et les habitants des îles.

Malgré ces belles images, dont cette affiche participe, restons conscients que ces lieux sont parfois plus ancrés dans nos imaginaires que dans la réalité. Qu’il faudrait privilégier les voyages longs plutôt que de multiplier les courts WE à l’autre bout de l’Europe en Easyjet. Qu’il faudrait, toujours, privilégier un hôtel ou un gîte indépendant, plutôt que des grands sites de réservation de chambres d’hôtels en ligne ou Airbnb, pour la simple et bonne raison qu’une part importante des revenus générés ne reviendront pas à ceux qui vivent sur place.

Et sachons tous, quand la chance nous est donnée de découvrir des lieux exceptionnels comme celui-là, des respecter les lieux, le cadre de vie et les habitants. 🙏

Une affiche avec vue sur la mer

Le designer Mickaël Merley aime travailler de nouvelles compositions illustrées à partir de ses envies de voyage. Après avoir fait plusieurs recherches à partir de diverses références glanées ici et là, il commence à lancer ses premières idées sur un carnet.

Une fois la composition validée, c’est parti pour plusieurs dizaines d’heure de travail pour mettre en couleurs. L’affiche prend petit à petit forme, à partir d’une gamme de bleus, pour rappeler les couleurs de la mer et du ciel. La mer prend une grande place dans cette affiche, et le regard se perd au loin, en suivant bateaux et catamarans.

J’ai voulu évoquer cette envie de voyage, de naviguer, d’aller au bout du monde…

Mickaël Merley
Ce site utilise des cookies, pour faciliter votre connexion. Pour en savoir plus: